XEFI Carrières - Services informatiques, bureautiques, logiciel et Cloud

Sandrine Pauget

Sandrine © Trafalgar Maison de Portraits & Camille Brasselet - Copie (3)

Si j’en suis là, c’est que…

Je me sens valorisée au sein de XEFI, et que l’on m’a toujours accordé la confiance dont j’avais besoin pour être épanouie.

Qu’avez-vous trouvé chez XEFI et que vous n’auriez pu prévoir ?

L’ampleur que XEFI allait prendre ! Notre agence, située à Bourg-en-Bresse, a été la première que le groupe a rachetée. À l’époque, j’imaginais que cela s’arrêterait là. Puis, nous avons racheté une, deux, trois agences… jusqu’à atteindre une centaine et couvrir toute la France ! Je suis vraiment admirative de cette ambition portée par le groupe, de cette trajectoire qui a été tracée, en partant de rien.

Sous un large chapiteau, plantés dans un parc déjà orné d’un grand château, les cracheurs de feu impressionnaient des équipes gagnées par une ambiance digne de cette saga – petits fours, cocktails, gaufres et barbe à papa : Quand je repense aux vingt ans de XEFI, c’était magique !
Les premières franchises étaient aussi invitées, il y avait cet esprit convivial et familial que j’apprécie énormément dans le groupe. »

Une proximité que Sandrine mesure depuis plus d’une décennie, au sein de l’agence de Bourg-en-Bresse, où l’assistante administrative et commerciale officie avec légèreté mais surtout avec adresse – « même si on s’amuse beaucoup, ici il ne faut pas avoir peur de s’engager et de s’investir ! » À force d’apporter son aide à l’augmentation des commissions et de gérer la documentation réglementaire, Sandrine a poli son talent jusqu’à le rendre polyvalent.
La mise au carré des contrats, le suivi des chiffres et de la compta, la course aux justificatifs, le flux de factures, les recommandés et les achats ; sûr que les fonctions de Sandrine tiennent plus de l’essentiel que de l’apparat : « Je le revendique, même si c’est fastidieux, l’administratif est hyper important ; il est constitutif de tous nos métiers. Et c’est tellement diversifié que je n’ai jamais le temps de m’ennuyer ! »
Surtout, l’expérience de l’enjouée n’a pas manqué de l’élever au rang de référente, si bien que Sandrine sait aussi rencarder les arrivants sur les profils de la clientèle et de leurs besoins en matériel : « J’ai déjà expliqué aux nouveaux commerciaux quelle station d’accueil allait avec tel ordinateur portable, ou quelle carte graphique il faut recommander en fonction du secteur d’activité. Pourtant, vu mes connaissances initiales, ce n’était pas gagné ! »

Sandrine © Trafalgar Maison de Portraits et Camille Brasselet

Parce que sa vingtaine était ensuquée par l’usine, le travail à la chaîne et les biscuits à ensacher, Sandrine suivit ce filon soufflé au cours d’une soirée dans un bar, partant ainsi au-devant d’un domaine plus raccord à son bac : « J’étais quand même formée à la gestion administrative ! Quand j’ai eu vent de cette offre dans une agence d’informatique, il n’y avait pas à hésiter.

C’est sept ans plus tard, en revenant de mon congé maternité, que j’ai appris qu’on avait été rachetés par XEFI ! » Si Sandrine saisit d’emblée le fond bienveillant de sa nouvelle maison mère, elle s’adapta au gré des ans à cette ambition imposant quelques règles de conduite : dépasser les summums, décrocher après trois sonneries maximum. Elle n’est peut-être pas animée par cette passion de dépasser continuellement ce que l’agence se doit d’atteindre comme objectifs, c’est en se portant chaque fois volontaire que Sandrine participe à l’effort collectif : « Je ne suis ni une pure comptable ni une assistante juridique, et pourtant, j’ai appris à gérer certains de ces aspects. »

C’est encore grâce à cette équipe, soudée par les élans de prévenance et les taquineries stimulant sa répartie, que Sandrine renouvelle ses éclats de rire. Un équilibre qu’elle craignait pourtant de voir s’effondrer après le départ de son manager historique qui fit le choix d’une vie bordée par le Pacifique ; un changement qui provoqua même quelques remous du côté de l’attentiste : « Quand Sébastien a déménagé, c’était dur de dire au revoir à un ami ; ces dix années avec lui ont été top. Cela m’a questionné sur la suite, mais j’ai préféré attendre de voir ce que ça allait donner ! »

Avec l’arrivée d’Alban, voilà que l’assistante repartit comme en quarante, œuvrant inlassablement pour que son giron conserve le titre « d’agence modèle »« tous nos voyants sont au vert ! »
L’amatrice de vin et de voyages peut bien s’aérer l’esprit en appréciant sans vergogne son petit verre de Bourgogne, ou en s’envolant vers de lointaines contrées, l’enthousiasme qu’elle met dans son métier la ramène constamment à sa ville natale de Bourg-en-Bresse. Sandrine tient à préserver cette ritournelle qui la porte, et elle sera toujours là, fidèle au poste.

Suivre Sandrine Pauget sur LinkedIn
Site web TRAFALGAR Maison de portraits
Télécharger le portrait en format PDF
Crédits Photos TRAFALGAR Maison de portraits et Camille Brasselet